« Oh les beaux jours ! »

Cette année, trois printemps du théâtre s’annoncent dans notre Académie. Trois journées de découvertes, de surprises et de rencontres sensibles. Des élèves passionnés de théâtre se lanceront dans de nouvelles explorations sous l’égide des artistes. 

Au plateau, un festival de compagnies!

Am Stram Gram , La Traversée, Le Théâtre de la Licorne, La compagnie de Fil et d’Os et les Ateliers de Pénélope, la compagnie ON/OFF, La compagnie des Brigands et le concert d’Astrée. 

Toutes sont prêtes pour l’aventure: elles accueilleront nos apprentis comédiens pour vivre une journées extraordinaire de partage et de construction par le jeu, le chant, la marionnette, pour faire naître un moment de théâtre unique, singulier, témoin de l’envie, de la joie et de l’engagement de chaque jeune.

► Le 16 avril, ce sera au Tandem Arras.

► Le 20 avril, ce sera au Phénix de Valenciennes.

► Le 20 avril ce sera au Bateau-Feu, à Dunkerque.

Quelques mots d'Antoine Lemaire, metteur en scène et parrain de l'édition 2018

« La Compagnie Thec a eu la chance d’animer le Printemps du théâtre à l’Hippodrome de Douai en 2017. Le thème de cette journée était « la liste », et renvoyait à la création 2017 de la compagnie : Nous voir nous. Cette figure de style dont l’un des exemples le plus connu est le fameux « Je me souviens » de Georges Pérec, renvoie immanquablement à l’écriture des réseaux sociaux, et donc à l’écriture personnelle et intime. Quoi de plus judicieux qu’une liste pour parler d’une journée de travail sur la liste ?

            Je me souviens d’avoir déambulé le matin d’un atelier à l’autre. Passer de l’approche de Manue Delplace à celle de Audrey Chapon, de Céline Delhaye-Balloy à celle de Norbert Hun. Des approches à la fois si différentes, et si proches.

            Je me souviens de l’inventivité des élèves, de l’enthousiasme avec lequel ils se sont rués sur cette thématique de la liste pour se mettre à nu, se dévoiler devant des élèves d’autres établissements, sans timidité, avec générosité.

            Je me souviens de cet empressement à se dévoiler. Sans chichis. Parce que c’est une journée. Parce qu’on n’a pas le temps de prendre son temps. Parce que c’est ici et maintenant.

            Oui, je me souviens du côté « hic et nunc » de cette journée. 

            Je me souviens d’une atmosphère de gaieté qui imprégnait les quatre coins de l’Hippodrome.

            Je me souviens des discussions passionnées des animateurs lors du repas du midi. Un moment d’échange de pratiques si rare.

            Je me souviens de l’insouciance (l’inconscience ?) des élèves à quelques minutes de se produire sur scène. Comme si l’important était finalement ailleurs.

            Je me souviens avoir beaucoup ri lors des rendus des travaux de la journée. Et puis de l’émotion aussi (mais c’est personnel : voir des personnes s’amuser avec concentration, je trouve ça émouvant !).

            Je me souviens avoir été impressionné par l’écoute, le regard, puis l’explosion d’enthousiasme des élèves lors des passages des autres groupes.

            Je me souviens de l’engagement de tous à faire de cette journée… une belle journée… (je ne cite personne pour n’oublier personne).

            Je me souviens de cette sensation d’éphémère qui m’est venue. L’éphémère du théâtre poussé au paroxysme. Et puis les mots « gratuité », « générosité », « don de soi », « ludisme » qui se sont baladés dans ma tête toute la journée.

            Voilà ! Cette petite liste pour faire un lien avec les Printemps Théâtraux 2018. Liste de courses, liste de vœux, liste de souvenirs. Des petites choses à lire et à oublier aussitôt pour repartir de zéro et tout réinventer. C’est ce que je souhaite aux successeurs de la compagnie Thec : partir de rien, les élèves apportent avec eux tellement de choses. »